tuto:virtualbox

Installation de linux dans un environnement virtualbox

Vous trouverez le logiciel virtualbox sur le site d'Oracle. Choisissez la bonne version selon votre système d'exploitation (probablement Windows ou Mac OS. Si vous utilisez déjà linux, tout ceci n'a qu'un intérêt relatif bien qu'il soit intéressant de tester d'autres distributions linux sans devoir réinstaller son ordinateur).

Les distributions s'installent normalement depuis un DVD. Plutôt que de gaspiller un DVD vierge, on se propose ici de télécharger son contenu (un très gros fichier de quelques gigaoctets au format ISO).

Pour ce tutoriel, on propose d'installer une variante très légère de la distributions linux Manjaro. Il existe des centaines de distributions linux différentes. Toutes ont un point commun: le cœur du système, appelé le noyau linux. Mais en dehors de ça et de quelques milliers de logiciels utilitaires standards, il y a de grandes différences, notamment au niveau de l'interface graphique. La distribution Manjaro est déclinée par rapport au choix de cette interface graphique: certaines sont très gourmandes en ressources, d'autres beaucoup moins.

Pour une utilisation dans une machine virtuelle (nécessairement plus lente qu'un système réellement installé sur un ordinateur qui pourra utiliser les ressources de la machine à 100%), il est recommandé de choisir quelque chose de relativement léger, surtout sur un ordinateur plus ancien.

On fait ici le choix de se tourner vers Manjaro LXQT, où LXQT désigne un environnement graphique à la fois moderne et très peu gourmand en ressources.

Récupérez le fichier ISO pour cette distribution directement ici.

  • Lancer votre tout nouveau virtual box. Cela devrait normalement ressembler à peu près à ceci:

  • Il s'agit à présent de créer une nouvelle machine virtuelle (VM pour Virtual Machine). Cliquez sur l'icône Nouvelle, et saisissez les options ci-dessous (le dossier de la machine sera différent sur votre ordinateur, gardez l'option proposée par virtualbox sans la modifier)

  • Préciser la taille de la mémoire vive de votre propre ordinateur qui sera allouée à la machine virtuelle. Un minimum de 1go est recommandé, mais 4go sont bien plus confortables. Essayez de ne pas utiliser une trop grande proportion de votre mémoire vive !

* On veut à présent créer un disque dur virtuel: c'est un gros fichier de quelques go qui sera stocké sur l'un de vos disques durs physiques, et sur lequel sera installé votre nouveau linux. Aucun autre fichier de votre système ne sera affecté par cette installation, vous ne prenez donc aucun risque.

  • On garde l'option proposée par défaut:

  • Vous pouvez garder l'option par défaut (disque alloué dynamiquement) ou bien créer votre disque à sa taille maximale en une seule opération, ce qui vous fera gagner un peu de vitesse.

  • On prévoit un disque virtuel de 20go, histoire de ne pas être trop serré et de pouvoir utiliser ce nouveau linux comme outil de travail effectif en NSI:

  • La VM est maintenant créée. Il reste à modifier quelques réglages, grâce à l'icône Paramètres

  • Changer la quantité de mémoire allouée à l'affichage (le maximum de 128 mo ne pose aucun problème sur un ordinateur moderne), ainsi que le driver graphique: choisissez l'option VboxSVGA

Au dernière nouvelles, il semblerait que le choix du driver graphique ne soit pas aussi simple. L'option par défaut (VMSVGA) fonctionne très bien chez beaucoup de monde, et vous pouvez en outre cocher l'option Activer l'accélération 3D qui utilisera pleinement la carte graphique ultra performante que vous possédez très certainement pour vos jeux vidéos…

Par contre, il est toujours bon d'allouer le maximum de mémoire à l'affichage.

  • Avant de démarrer votre nouvelle machine virtuelle, il faut aller sur l'onglet outils, et plus précisément sur l'icône située tout à droite de cet onglet, choisir le sous-menu support. Vous pourrez alors sélectionner l'onglet Disques optiques, et rajouter le lien vers l'image ISO téléchargée un peu plus tôt. C'est ce DVD virtuel qui servira pour l'installation de votre linux.

  • Sélectionnez l'image iso intitulée manjaro-lxqt-19.0.2-minimal-200307-linux55.iso à l'emplacement où vous l'avez téléchargée:

  • Vous venez de réaliser l'équivalent virtuel d'insérer un DVD dans votre ordinateur virtuel…

  • Démarrer alors votre machine virtuel. Comme il n'y a encore aucun système d'exploitation installé, virtualbox va vous demander de sélectionner un disque d'installation. Choisissez l'image ISO fraîchement configurée à l'étape précédente:

  • Après quelques secondes, vous devriez voir apparaître ceci. Vous pouvez configurer quelques paramètres avant de démarrer le DVD live de linux manjaro LXQT, notamment tout ce qui concerne le choix de la langue.

Attention, sur cet écran de boot (normalement juste après le démarrage de l'ordinateur), il n'y a pas encore de souris: il faut utiliser les flèches du clavier pour sélectionner les options, ainsi que la touche Entrée.

Si jamais vous cliquez sur la fenêtre de virtualbox, il est possible que celle-ci capture votre curseur de souris. Si cela vous arrive, vous pouvez le libérer en appuyant sur la touche Ctrl à droit du clavier (comme indiqué tout en bas de la fenêtre à droite, d'ailleurs). Retenez cette astuce pour la suite de vos interactions avec virtualbox).

  • Réglez le fuseau horaire, le clavier ainsi que la langue pour aboutir à ceci:

  • Vous pouvez alors sélectionner l'option Boot: Manjaro.x86_64 lxqt et patienter le temps que votre système démarre (attention, cela peut être assez long, surtout dans un environnement virtualbox). Vous verrez défiler de nombreuses lignes d'information ressemblant à ceci:

  • Après un temps plus ou moins long, vous devriez arriver à l'écran suivant. L'installation va pouvoir commencer !

  • Une fois l'installation lancée, vous aurez plusieurs écrans permettant d'effectuer quelques réglages systèmes. Pour la plupart d'entre eux, vous garderez les options proposées par défaut. Pour ce premier écran, le système va télécharger quelques informations de mise à jour depuis internet, patientez quelques secondes avant de pouvoir continuer.

  • … on ne change rien …

  • … là non plus …

  • Ici, on choisit l'option Effacer le disque ! Cela ne représente aucun danger puisqu'il s'agit du disque dur virtuel (de 20go) créé un peu plus tôt, et qui est de toutes façons encore vide à ce stage. S'il s'agissait d'une véritable installation sur l'un de vos disque durs, alors il faudrait faire preuve d'une attention extrême à cette étape pour éviter de détruire des données importantes.

  • Personnalisez les informations entrées dans cet écran. Maintenant vous savez que je suis réellement l'auteur de ce tuto m(

  • Un résumé de tout ce que vous avez réglé sur les écrans précédents. Dernière chance pour faire machine arrière avant de toucher au disque dur (virtuel)…

  • Confirmez avant le grand saut !

  • L'installation dure quelques minutes (temps variable en fonction de la puissance de votre ordinateur).

  • Lorsque l'installation est terminée, quittez l'application sans cocher la case Redémarrer (vous allez comprendre pourquoi dans quelques secondes).

  • À l'aide du menu principal du système (icône tout en bas à gauche), choisissez l'option Quitter

  • … puis Arrêtez la machine.

À l'avenir, il sera important de toujours éteindre votre machine virtuelle proprement par cette méthode. N'employez jamais l'option d'arrêt du menu virtualbox. Cela reviendrait à couper violemment le courant sur une machine physique, ce qui n'est jamais très bon pour l'intégrité d'un système d'exploitation car des fichiers temporaires pourraient ne pas avoir été correctement sauvegardés sur le disque dur (même virtuel).

  • Une étape très importante: si vous redémarrez votre machine virtuelle, elle va relancer une nouvelle fois le DVD d'installation, ce que vous ne souhaitez absolument pas. Il faut donc le retirer (un peu l'équivalent d'une éjection dans le cas d'un DVD physique) avant d'enfin pouvoir tester votre nouveau linux. Pour cela, sélectionnez votre machine virtuelle (sans la démarrer), puis choisissez l'icône Paramètres. Dans l'onglet Système, décochez toutes les options de l'ordre d'amorçage sauf votre disque dur virtuel: les disquettes n'existent de toutes façons plus depuis quelques années déjà, et nous n'avons plus besoin du disque optique.

  • Après votre premier démarrage, saisissez votre mot de passe:

  • Vous ne voulez probablement pas revoir cette fenêtre à l'avenir: l'interrupteur en bas à droite sert à cela:

  • Nous sommes sous linux: histoire de mettre à profit le TP n°16 vu la semaine denière, nous allons poursuivre l'installation du système depuis un terminal (deuxième icône $ _ en bas à gauche):

  • La première commande va mettre tout votre système à jour: vu le décalage de quelques semaines entre la publication de l'image ISO d'installation et la date du jour, il y a probablement plusieurs centaines de paquets du système qui ont des mises à jour disponibles. Rassurez-vous, le processus de mise à jour est à la fois beaucoup plus simple que sous Windows, et surtout largement plus rapide. La seule commande à saisir est sudo pacman -Syu.
  • La commande sudo signifie Super User, do: elle permet d'exécuter ce qui suit avec les droits de l'administrateur du système. Sous linux, l'utilisateur par défaut (ici gims) ne dispose pas des droits d'administrateur. C'est une sage précaution pour éviter de détruire son système par une commande malheureuse ou une installation hasardeuse. Mais grâce à la commande sudo, vous pouvez néanmoins disposer des droits du superutilisateur root. Le mot de passe est a priori le même que celui de gims.
  • La commande pacman est le package manager, ou gestionnaire de paquets du système Manjaro. C'est cette commande qui permet de centraliser toutes les mises à jour, mais aussi l'installation de plusieurs dizaines de milliers de paquets disponibles, dans tous les domaines.

  • … en cours de mise à jour. Cela prend un peu de temps. Le système Manjaro est une distribution linux un peu particulière appelée rolling release: plutôt que d'offrir des mises à jour tous les 6 mois / tous les ans comme d'autres distributions, les paquets sont mis à jour en continu, au fur et à mesure des nouvelles offres logicielles. Cela signifie qu'il y a probablement plusieurs mises à jour quotidiennes disponibles. Cela nuit un peu à la stabilité du système, mais offre l'avantage d'avoir un système toujours au dernier cris des logiciels dont on dispose.

  • La mise à jour est terminée: comme elle était très importante (et notamment, il y a eu parmi la centaine de paquets une mise à jour du paquet linux contenant le noyau du système), il est sage de redémarrer votre machine virtuelle à ce stade: procédez comme tout à l'heure, sauf que vous pouvez sélectionner l'option Redémarrer cette fois ci.

  • Nous allons à présent installer quelques logiciels. La première étape consiste à installer yay, un gestionnaire de paquets un peu plus sophistiqué que pacman. La commande pour cette installation est sudo pacman -S yay

  • À présent, installation un navigateur web: yay -S firefox firefox-i18n-fr. Notez qu'avec yay, le préfixe sudo est inutile. L'installation de firefox va installer quelques dizaines de paquets automatiquement. Acceptez, bien entendu.

  • Vous pouvez rajouter l'icône de firefox dans la bande du bas en ouvrant le menu comme ci-dessous, et en effectuant un glisser-déplacer (drag-and-drop) de l'icône dans la zone en bas à gauche. Le curseur de la souris devrait se transformer en + si vous êtes au bon endroit pour lâcher l'icône:

  • Et voilà le résultat !

  • Jupyter lab ? Installation en une unique commande grâce à yay -S jupyterlab. Bluffant, non ? Tous les paquets python nécessaires au bon fonctionnement de ce logiciel sont installés automatiquement (et en un temps record), pas la peine de fouiller des dizaines de sites web pour trouver ce qu'il vous faut.

  • Pour lancer jupyter lab, procédez comme au laboratoire d'informatique du lycée: tapez jupyter lab dans votre terminal. Le serveur jupyter lab se lance alors et ouvre automatiquement votre tout nouveau firefox, sur la bonne page. On peut difficilement faire plus simple comme installation.

  • On installe un éditeur moderne: yay -S atom. Il y a des dizaines d'alternatives possibles, mais celui-ci est très polyvalent.

  • atom a été rajouté automatiquement au menu du système.

  • Au premier lancement d'atom, vous avez sans doute remarqué un message d'erreur: il manque apparemment un dictionnaire français pour le système. Règlons ce problème. Lancez depuis le menu l'application Manjaro Gestionnaire de paramètres

  • Sélectionnez l'onglet Paquets linquistiques et installez tous les paquets disponibles (il faudra saisir votre mot de passe, comme pour toutes les commandes qui modifient le système et requièrent les droits du superutilisateur).

  • Une autre commande, qui va effectivement installer le dictionnaire manquant: yay -S aspell-fr hunspell-fr. Le deuxième paquet permettra d'obtenir la correction orthographique notamment dans firefox, cela peut toujours servir.

  • Atom fonctionne correctement à présent. Il est possible (et recommandé) d'installé des greffons (plugins) pour développer du code. Pour cela, menu Edit puis Preferences et enfin l'onglet Install:

  • Premier greffon: ide-python (utilisez la boîte de recherche pour le trouver) qui ajoutera des fonctionnalités pour l'édition du code python. Installez aussi atom-python-run qui vous permettra d'exécuter automatiquement votre code python en appuyant sur F5.

  • Si vous n'aimez pas atom, vous pouvez aussi installer pyzo automatiquement avec, vous l'aurez compris: yay -S pyzo.

  • Votre système est à présent prêt à l'emploi. On va pouvoir commencer à travailler !
  • tuto/virtualbox.txt
  • Dernière modification: 2020/04/07 11:51
  • par pascalgrosse